Non, non, non, le confinement ne vous empêchera pas de fêter l’arrivée du Beaujolais Nouveau! Au contraire, le caractère « introspectif » de ce mois de novembre pourrait vous permettre d’être plus attentif aux vraies notes de ces vins! Ce sont trois excellents domaines qui arrivent Jeudi 19 Novembre à La Carline. A goûter sans hésiter car ce sont de bon vins bien éloignés des vins uniformisés au goût de banane ou de framboise dont vous avez peut-être le mauvais souvenir. Mais le Beaujolais est surtout un grand vignoble qui recèle une grande diversité de très bons crus. Ne vous arrêtez pas au très médiatisé Beaujolais Nouveau !

   Avec 15 800 hectares de vignes, à 98% du gamay noir à jus blanc, il compte pas moins de 10 crus d’exception situés au Nord du vignoble et trois appellations régionales. Bien sûr, lorsque l’on parle de terroir, l’identité et la distinction s’invitent et tout n’est pas rose entre le sud et le nord de ce vignoble. La star des Beaujolais n’a bien sûr pas arrangé les choses. Car le Beaujolais-Nouveau est le 2e vin français le plus connu à l’étranger. La cohabitation paradoxale de son aura commerciale et de sa réputation de « mauvais vin » a longtemps fait de l’ombre à la diversité et la qualité des autres vins du Beaujolais  (Lire ici et ici pour aller plus loin).

   A la base de la frénésie commerciale, il y a une tradition qui remonte à 1951 et s’enracine sur l’autorisation de commercialiser les premiers vins primeurs du Beaujolais à partir du 3e jeudi de novembre. La tradition veut que les tonneaux de Beaujolais Nouveau arrivent à Lyon par la Saône et soient ouverts à minuit sur la place Bellecour.

Le « Nouveau » est donc un vin jeune, « vert » issue des vendanges d’août/septembre de la même année. C’est un vin de soif, habituellement bu entre amis qui a largement gagné en qualité ces dernières années grâce aux vendanges plus précoces. Il se consomme avec l’appellation « nouveau » également aux fêtes de fin d’année et au printemps mais peut se déguster avec plaisir jusque trois ans après sa mise en bouteille. Idéalement il se boit entre 14° et 16°!
    Cette année, nous vous proposons trois références de Beaujolais-Nouveau mais vous l’aurez compris. C’est un vin « primeur » et toutes les autres cru du vignobles méritent d’être explorées. Aussi, certains viendront embellir la cave de La Carline sous peu, nous vous encourageons vivement à les tester!
Michel Guigner – Les Améthystes – Villié-Morgon

 

    Nous commençons avec le Beaujolais Nouveau de Michel Guignier situé à Villié-Morgon. Il s’inscrit dans les vins Sans Aucun Intrants Ni Sulfite. Un vin nature donc, que vous pouvez déguster depuis sa sortie jusqu’à trois ans après sa date de production (il ne sera plus « nouveau » mais toujours très bon). Michel pour la démarche et pratique une agriculture inspirée des principes biodynamique. Pour aller plus loin, faites un tour par ici.
Lou y es-tu?, Stéphane et Mathilde Durien, Saint-Etienne-des-Ouillères
    L’aventure continue avec Lou y es-tu? Du domaine de Mathilde et Stéphan Durieu, installés à Saint-Etienne-des-Oullières. Ils nous proposent un Beaujolais-Villages Nouveau qui se dégustera avec allégresse pendant plusieurs années. Ce sont des vieilles vignes (plus de 90 ans!), vinifiées dans le même esprit des vins nature. A découvrir également ici!
Beaujolais, Morgnon, Quentin Harel, Saint-Etienne-des-Ouillères

    Enfin l’un des coups de cœur de Marlène, notre responsable du vin dans l’équipe. Le Domaine de Buis-Rond, cultivé depuis 7 générations. Un passage en bio en 2007 et une reprise familiale par Quentin Harel vigneron qui se passionne également pour les méthodes d’agroécologie qui lui permettent de vivifier la biodiversité dans ses vignes et parfaire ses vins… Il fait son entrée à La Carline avec un « Beaujolais » et un « Morgon » à tester sans attendre.

 

Très bonne dégustation!