Mais comment va-t-on s’en sortir de cette histoire !? A la Carline, on aimerait bien connaître celle ou celui qui a la réponse à cette fout… question. La seule certitude qu’on peut avoir, c’est qu’on en a tous marre de cette crise sanitaire. Elle nous épuise, peut-être plus psychologiquement que physiquement pour la majorité d’entre nous… Mais on imagine que vous avez suivi l’actu et que vous n’êtes pas sans savoir que l’épidémie redémarre de partout ! Le virus circule bien et semble d’ailleurs plutôt bien se plaire dans le Diois…

Alors pour nous, les salariés de la Carline, c’est le stress… pourquoi ? Parce qu’on travaille dans un espace confiné où des centaines de personnes entrent tous les jours ? Oui un peu c’est vrai. Mais là ça dépend de chacun, de ses peurs, de ses fragilités et on doit pouvoir respecter ça. Mais ce qui nous pèse certainement encore plus c’est de devoir revenir à des règles plus strictes sur le port du masque et les gestes barrières. Car ces règles sont difficiles à faire respecter en magasin et font l’objet de discussions sans fin sur la dangerosité du virus, sur les bonnes mesures à prendre ou encore sur le sens de cette épidémie… Peut-être vous ne le mesurez pas trop, mais nous sommes pris entre deux feux, entre ceux qui nous disent qu’on en fait trop et ceux qui nous reprochent le contraire. 

Oui, c’est vrai avec les beaux jours et le recul de l’épidémie, on était clairement moins exigent en magasin sur les gestes barrières et le port du masque notamment. Mais, aujourd’hui, cela paraît complètement en décalage avec l’actualité (et en plus y a un petit nouveau, Omicron, qui chercher à percer dans le milieu) et on se doit de vous rappeler qu’il est important de maintenir les gestes barrières en magasin : un petit coup gel hydroalcoolique en entrant, un masque correctement porté en magasin, des distances raisonnables entre vous. Ce sont des choses simples qui permettent d’apporter un peu de sérénité à la Carline : pour pas nous mettre dans le rôle de gendarmes et pour protéger celles et ceux qui s’estiment les plus fragiles.

Un grand merci à tous d’y veiller lorsque vous entrez en magasin. Un grand merci pour votre compréhension.